logo oignon

Oignon Fugace

[EL] Apprenez à tirer parti de ce blog : bon et mauvais scepticisme

Je me disais qu’avant de rentrer dans des articles sur des notions compliquées et parfois un peu théoriques, qu’il serait bien de poser les bases qui serviront à mieux comprendre le reste, et à en tirer parti au maximum. 

On va parler ici de scepticisme​. Et plus précisément de bon et de mauvais scepticisme. Ce sont des notions que je tiens du blogueur Olivier Roland. (D’ailleurs il ne le sait pas encore, mais je lui dois beaucoup. Petit clin d’oeil au cas où il passe par là).

​Bon, alors il se trouve que je partage sur ce blog une grande quantité d’informations qui a pour but d’aider les étudiants et toutes autres personnes voulant réussir leurs études et leurs projets. Mais vous allez me dire que ce genre d’informations … bah il y en a de partout sur internet, et que la plupart du temps, ce ne sont que de grandes théories qui de toute manière ne marchent pas. Je vous entends déjà dire : “Ah oui mais moi c’est pas pareil, puis de toute manière si ça marchait, il y a longtemps qu’on nous l’aurait enseigné”. 

Quelles réactions face à une méthode révolutionnaire ?

​Laissez-moi vous raconter une histoire. 

​Mexico, 1968. Épreuve de saut en hauteur lors des Jeux Olympiques. L’Américain Dick Fosbury vient de remporter la médaille d’or, et accessoirement révolutionner le saut en hauteur. Quelques minutes plus tôt, il s’élançait sur la piste, courut jusqu’à la barre, puis pris appui sur son pied droit pour se propulser dorsalement, la tête la première au-dessus de la barre. Alors que la méthode qu’il venait d’utiliser était totalement inconnue et différente de celle de ses concurrents, il pu battre le précédent record de 2 centimètres et établit dans le même temps le record du saut en hauteur aux Jeux Olympiques. 

La tension du public était à son comble. Le saut risquait pourtant d’être refusé : trop différent. Après délibération des jurys et consultation du règlement, il fut finalement accepté. 

​Dick Fosbury rentre alors dans l’histoire, et sa technique d’outsider, le fosbury-flop devient la norme en compétition. 

Voilà une méthode révolutionnaire. Pourtant elle a mis du temps à rentrer dans les mœurs, quand bien même elle permettait d’améliorer drastiquement les performances.

​Encore en 1980, douze ans après notre histoire, trois des seize finalistes n’utilisaient toujours pas le fosbury-flop. 

​Pourquoi ? 

Une méthode révolutionnaire amène trois types de réactions différentes :

  • Le rejet. C’est une réaction assez naturelle, on a tendance à rejeter ce que nous ne connaissons pas tant que nous n’avons pas de preuves suffisantes, sans chercher plus loin.
  • La curiosité, mais sans plus. Quelque chose vous interpelle un certain temps. Vous vous dites que ça peut être intéressant. Puis vous retournez à vos habitudes et votre vie reprend comme avant.
  • Ou un intérêt motivé, qui se solde par l’action.​ Vous avez un esprit ouvert. Vous vous intéressez de près à cette nouvelle méthode, vous allez mesurer vous-même les réelles performances qu’elle procure. Puis d’après les résultats de vos tests, vous allez décider d’agir, pour bénéficier des bienfaits de la nouvelle méthode. 

Aujourd’hui, ces réactions sont bien évidemment influencées par Internet. Il est désormais possible de faire des recherches sur Internet pour savoir si une méthode qui nous est présentée fonctionne réellement ou pas. On cherche une multitude d’opinions différentes, et on se forme finalement notre avis personnel, qui détermine notre action, ou notre rejet. 

Mais que se passe t’il s’il n’est pas possible de trouver des avis sur internet ? Si les méthodes ne sont pas encore ou très peu utilisées​ ? Et s’il est difficile de trouver des résultats ? Comment savoir si les méthodes qu’un auteur préconise sur son blog, comme celui-ci, ou un autre, ou un livre, sont efficaces, pour vous ?

​La plupart du temps, les lecteurs auront, soit un sentiment de rejet direct comme nous l’avons vu précédemment, soit un sentiment de doute. “Et si on nous mentait pour des raisons personnelles et égoïstes ? Et si l’auteur se trompait ? Et si …”

Le doute n’est jamais très bon lorsque l’on souhaite progresser dans quelque chose, ou se motiver. Qui voudrait s’impliquer et prendre du temps pour mettre en pratique une méthode dont on est même pas certain de la pertinence ?

Toutefois, cette réaction de doute est tout à fait normale et saine : c’est le scepticisme. ​

​Bon et mauvais scepticisme

​C’est là qu’interviennent les notions de bon et de mauvais scepticisme. Quelle est la différence aujourd’hui entre les gens qui réussissent et les autres ? Les gens qui réussissent testent les méthodes qui leur sont présentées pour voir si elles fonctionnent sur eux, ou non. Si elles ne fonctionnent pas, ils ajustent le tir pour les faire différemment. Si elles ne fonctionnent toujours pas, ils abandonnent la méthode et s’attellent à en tester une autre, là où tous les autres gens n’ont pas bougé d’un poil, et restent dans le doute et l’inaction. 

Les gens qui réussissent font preuve de bon scepticisme. 

À l’inverse, face à une théorie qui remet en cause certains principes bien établis, les mauvais sceptiques vont la rejeter immédiatement sans se poser de questions. “C’est pas possible ! J’ai jamais appris à faire comme ça ! Puis d’ailleurs on ne m’a jamais dit de faire comme ça ! Puis si ça marcherait vraiment, tout le monde le saurait, et moi aussi !”. 

Qui des lecteurs de ce blog (ou de tous les autres blogs qui présentent des méthodes d’apprentissage) vont appliquer concrètement les méthodes qui leur sont proposées ? Je suis prêt à parier qu’il n’y en a qu’une petite minorité. En fais-tu partie ? 

Soyez bon sceptique et testez ces méthodes avant de les rejeter, vous vous ferez ensuite votre propre avis sur la chose, vous verrez si elle fonctionne sur vous ou non, puis vous déciderez de l’appliquer plus durablement. 

Cette démarche peut changer une vie à coup sûr ! Elle a changé la mienne.

​Conclusion

​Lecteurs de ce blog, je vous invite à faire preuve de bon scepticisme à chaque fois que je vous énonce une nouvelle méthode, censé vous permettre de vous améliorer drastiquement dans vos études et votre apprentissage. Vous verrez, tous mes articles sont bourrés d’actions que vous pouvez rapidement mettre en oeuvre. Éventuellement, prenez note de ces actions, puis appliquez-les le plus rapidement possible. Ne faites pas partie de la majorité qui passera vite fait, bien fait, sur un article, puis l’oubliera dans la minute, en divergeant sur Youtube, Facebook, ou je ne sais quel autre site. Si vous êtes sur cette page, c’est pour une raison bien précise et vous le savez. Appliquez mes conseils, testez mes méthodes si vous doutez de leur efficacité, et réussissez !

J’espère que cet article vous a plu. Et j’espère qu’il vous a convaincu d’être sceptique, de la bonne façon 🙂

Commenter / Voir les commentaires

...

[EL] Rendre ses objectifs publics pour réussir ! Pourquoi ce blog

« Le secret, c’est l’engagement. »

Chuck Norris dans The president’s Man

Vous l’aurez compris, je vais vous parler d’engagement pour réussir. 

​L’engagement est pourtant quelque chose de bien connu. Tout le monde sait qu’il est plus facile de se motiver à courir quand on y va à deux plutôt que tout seul. Dites-vous que vous irez courir 30 minutes à 6h demain matin avant les cours pour bien commencer la journée, et pour tenir les bonnes résolutions de début d’année. Si courir n’est pas votre tasse de thé, le réveil vous fera tomber du lit à 5h30, vous insulterez votre téléphone, puis vous vous recoucherez jusqu’à 9h30 avant de vous rendre compte que vous vous êtes oublié.

Puis plus tard vous culpabiliserez de ne pas avoir tenu vos engagements. Non, la bonne démarche est de demander à un ami s’il est disponible et partant pour aller courir une fois dans la semaine à 6h du matin. Si oui, mettez-vous d’accord sur un jour. Dès lors, vous ne pouvez plus renoncer. Cet engagement que vous venez de faire agit comme un levier de motivation. Généralement, en tant qu’être humain vivant au 21eme siècle, nous disposons d’un ego plus ou moins bien important. Utilisez-le à bon escient et il peut faire des miracles. Déclarez vos objectifs, et vous verrez que le simple fait de vouloir être cohérent avec vous-même vous aidera à les réaliser, et finalement, avoir une meilleure estime de vous-même. 

Que vous décidiez de courir une fois par semaine à 6h, d’arrêter de fumer, de perdre du poids, de lancer votre entreprise, ​de faire de la musculation, ou d’être diplômé de l’université pour avoir le job que vous visez, engagez-vous publiquement à réussir.

Le but de ce blog n’est pas seulement de vous proposer des grandes notions théoriques compliquées à mettre en place, et que tout le monde a déjà essayé plus ou moins de faire, sans résultat. Non, le but est de vous aider à réussir à l’aide de méthodes bien précises, c’est pourquoi nous allons voir comment mettre en place efficacement ce principe d’engagement. 

Et en pratique ? 

Le pouvoir des parents

​Bien souvent, un étudiant qui a un peu de mal dans ses études, et qui a régulièrement de mauvais résultats, se cache bien d’en alerter ses parents, souvent pour une question d’ego et d’estime de soi. Ne vous inquiétez pas, j’ai été le premier à réagir de la sorte. C’est une erreur

D’abord parce que vos parents sont là pour essayer de comprendre vos mauvais résultats et de vous aider à mieux réussir. Certes, ils n’y parviennent pas toujours, et causent parfois plus de pression et de mauvais stress que le contraire. Et ceci vous pousse encore plus à faire chemin à part, et à vous isoler dans votre infortune. 

Mais l’erreur la plus fondamentale est que vous pouvez justement utiliser vos parents, et leur soif de vous voir réussir, pour vous engager auprès d’eux à réussir. ​Croyez-moi, vos parents ne veulent que votre réussite, même s’ils ne le montrent pas forcément de la bonne manière. 

Surmontez votre ego, et engagez-vous dès à présent auprès d’eux en suivant les quelques étapes ci-dessous :

  • Engagez-vous auprès d’eux à leur montrer tous vos résultats scolaires, qu’ils soient bons ou mauvais (ou catastrophiques). Le but bien sûr est de ne leur montrer que des bons résultats, sans quoi, vos parents risqueraient de s’inquiéter et de recommencer leur mauvais stress. Ce n’est pas ce que vous voulez.
  • Engagez-vous à leur montrer vos notes prises en cours chaque fin de semaine. Ils doivent pouvoir suivre régulièrement votre évolution et voir que vous travaillez sérieusement sur vos cours.
  • Allez plus loin en leur donnant votre identifiant et mot de passe de votre relevé de notes en ligne. Il faut qu’ils aient accès à vos résultats, sans qu’il y ait cet intermédiaire facilement enclin à la corruption personnelle : vous. 
  • ​​À vous de trouver toute autre sorte de pacte à établir avec vos parents pour vous aider à réussir.

Les bonnes amitiés

​On a vu avec l’exemple du footing de tous les matins que l’engagement auprès de nos amis est très puissant, car nous ne pouvons les décevoir. Lorsqu’un engagement est pris, faillir à cet engagement reviendrait à ce que ton ami perde l’estime qu’il avait en toi. Ce n’est même pas une option envisageable. 

​Engagez-vous auprès d’amis qui en sont au même point que vous (dans la même filière), et/ou qui ont des objectifs similaires. 

  • Définissez-lui vos objectifs et​ lui fera de même. Ces objectifs peuvent être : finir le semestre avec 17 de moyenne, finir le script de la préparation orale d’anglais en une semaine, boucler toutes les dissertations à faire ce week-end, etc. Le but est ainsi de réaliser un pacte. Faites régulièrement des rapports à votre ami sur votre avancement (au minimum une fois par semaine), et dites lui où vous en êtes (difficultés rencontrées, réussites, échecs …). Quand l’autre faibli dans la réalisation de ses objectifs, quand la page Facebook ou les vidéos Youtube lui font de l’œil, remettez-le dans le droit chemin et lui, fera de même pour vous. 
  • Décidez d’aller travailler ensemble à la BU, ou chez vous, ou dans n’importe quel autre endroit. C’est exactement comme la course à pied, à partir du moment où vous savez que quelqu’un vous attend, vous vous sentez obligé de vous bouger. Ce travail peut être fait en groupe, pas seulement à deux. Attention toutefois à ce que tout le monde dans le groupe soit au courant que la BU est un endroit pour bosser, et donc, que vous êtes là pour bosser. Dans le cas contraire, remettez-le dans le droit chemin, il vous remerciera plus tard. 
  • Préférez les pactes à deux plutôt qu’en groupe. En effet, les engagements sont plus faciles à détourner en groupe de trois ou plus. Vous vous direz que si vous ne venez pas, votre absence ne dérangera pas tant que ça étant donné qu’ils sont déjà plusieurs. 
  • Faites une compétition amicale. Mettez en place des défis à relever. Cette démarche est très stimulante, étant donné que la compétition entre deux amis est quelque chose d’assez naturelle. “18 au prochain partiel de méca ? Je suis sûr que t’en est pas capable !”
  • Si vous devez bosser en groupe pour un projet d’études, mettez en place une compétition amicale entre deux groupes (ou même plus). Veillez à ce que tout le monde soit d’accord et accepte les termes du pacte de la compétition. L’état d’esprit doit vraiment être de réussir. Vous verrez, avec cette méthode, il est même possible d’aller encore plus loin que ce qui est demandé par le prof. 

L’accountability. Qu’est ce que c’est ? 

L’accountability est un mot qui n’a pas d’équivalent direct en français. En réalité nous avons déjà vu cette notion avec la section sur les parents. Elle pourrait être traduite via ces différentes phrases : “le devoir de rendre des comptes”, “le devoir de répondre de ses actes”, “le fait d’être redevable”, “le fait d’être responsable de ses résultats”. 

Vous aurez compris, le but est de rendre public ses objectifs, ses aspirations et intentions, et de rapporter régulièrement son avancement et son évolution, pour justifier de celle-ci, et de sa marche vers la réussite ; vous êtes alors responsable de l’échec ou de la réussite, et de l’impact que celui-ci aura sur votre estime personnelle. 

​Nous avons donc vu que l’accountability peut être appliquée sur les parents. Mais ce serait sot de s’arrêter là. Petit tour d’horizon des possibilités : 

  • Engagez-vous auprès de vos enfants. Généralement, vous ne voulez les décevoir pour rien au monde, utilisez donc cette force. ​Engagez-vous auprès d’eux à trouver un boulot dans les 3 mois. Engagez-vous à aller courir avec votre fils de 18 ans une fois par semaine (pas d’excuses). Engagez-vous à demander d’obtenir votre promotion. Etc. 
  • Votre chéri(e) est aussi un pilier puissant de réussite. 
  • Engagez-vous auprès de vos collègues de travail, et de vos amis dans votre vie professionnelle. 
  • Engagez-vous publiquement auprès de tous vos contacts facebook. Faites une publication expliquant vos objectifs précis, et la fréquence des rapports que vous effectuerez. Plus il y aura de réaction à cette publication, mieux ce sera. Faites régulièrement des rapports sur votre avancement. Vous verrez, si vous manquez à vos engagements, il y aura toujours deux ou trois personnes qui seront là pour vous le faire remarquer. 
  • Renseignez-vous sur les applications Coach.me et Make.me, elles implémentent les concepts de challenges et de comptétitions amicales dans une application gratuite. Vous verrez, elles peuvent faire des merveilles. 

​Le hack ultime : pourquoi ce blog ? 

​Vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai fait ce blog ? Il y a plusieurs réponses à cela. D’abord je souhaite partager avec vous toutes les meilleures techniques pour apprendre plus efficacement et réussir vos études ou vos projets personnels. Mais je souhaite également progresser moi-même. Et quoi de mieux pour m’engager publiquement, que de tenir un blog dans lequel je propose du contenu à une communauté qui attend de moi qu’il soit de qualité, et qu’il aide un maximum de personnes à réussir. Je ne peux pas faillir à cet engagement. 

D’ailleurs, j’en profite pour vous dire que je m’engage à publier un article par jour jusqu’au 31 mai. Faites-le moi savoir si ​je ne respecte pas cet engagement. Mais mon ego et ma self esteem devraient faire ce travail à votre place 🙂

Donc je suis obligé de faire des recherches sur les meilleures méthodes d’apprentissage, pour vous les partager, et pour en bénéficier moi-même pour mes propres projets personels. La boucle est bouclée, tout le monde est content, et tout le monde en tire quelque chose de constructif.

Je développe mes capacités de rédaction (désolé si cet article n’est pas au top, je vais m’améliorer), j’améliore mon orthographe (vous avez dû remarquer que ce n’est pas mon fort), je développe mes connaissances, et j’apprends plus efficacement. 

Vous bénéficiez d’un large contenu gratuit qui vous guide dans votre réussite scolaire, professionnelle et personnelle. Vous bénéficiez d’une communauté prête à vous aider en cas de problème, ou de baisse de motivation. ​

Ah oui et je fais partie de la communauté … Je serais heureux de lire ou d’entendre vos encouragements, vos conseils, et vos envies !​

​Attention piège !

Dernière petite chose et pas des moindres : faites attention, l’engagement peut avoir des effets pervers. Ne tombez pas dedans.

  • Le but de l’engagement est de créer un stress positif qui vous pousse à agir. Toutefois veillez à ce que ce stress ne se transforme pas en stress négatif. C’est-à-dire un stress qui vous empêche d’agir en pleine possession de vos moyens. ​Ceci peut se produire si vous avez tendance à procrastiner (donc que vous n’avez pas fait de rapport régulier), et si vous n’avez pas réalisé de plans (écrit ou mental), qui vous permettent de savoir par quels moyens vous allez réaliser vos objectifs. Mais surtout, ce stress surviendra si vous vous rendez compte que l’objectif que vous vous êtes fixé n’est pas atteignable. Dans ce cas, faites le savoir aux personnes qui vous suivent, et revoyez l’objectif à la baisse. Il n’y a pas de mal à cela si vous risquez de vivre mal avec du stress négatif.
  • Le deuxième piège est l’illusion de progrès. Le fait de rendre vos objectifs publics peut vous donner l’impression d’avoir fait le plus important vers sa réalisation. C’est faux. Vous n’avez fait que la première étape, il ne faut pas vous reposer sur vos lauriers et ne fantasmez pas sur sa réalisation ! Voici deux méthodes simples pour contourner ce problème si vous êtes enclin à le rencontrer :
  • Engagez-vous publiquement lorsque vous aurez déjà franchi les premières étapes vers sa réalisation.
  • Engagez-vous sur des actions plutôt que sur des résultats.

Conclusion

La conclusion est assez simple. Vous voulez réussir ? Engagez-vous à réussir.

Il existe bien des techniques pour réussir dans quelque chose. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce blog existe, mais s’il y en a une qui domine les autres en terme d’efficacité, c’est l’engagement. Engagez-vous publiquement dans la réussite de vos objectifs, de vos aspirations, via la famille, les amis, les enfants, les collègues, les réseaux sociaux, etc, et vous arriverez à vos fins. ​C’est ce que je fait avec ce blog. Cet engagement demande souvent une grande part de courage et d’audace. Il n’est pas toujours facile à faire. Je vous demande alors quels sont vos objectifs dans la vie ? Réussir ou vivre une vie que vous n’avez pas choisie et qui ne vous plaît pas ? À vous alors d’agir en conséquence, un engagement peut être fait en quelques secondes (en une phrase pour le mien dans cet article), et il peut changer une vie. Poser vous les bonnes questions. 

J’espère que cet article vous a plu. ​J’attends vos retours et conseils avec impatience pour savoir comment je peux m’améliorer, vous proposer du contenu de meilleure qualité et qui réponde plus à vos besoins … faire évoluer ce blog dans le bon sens quoi 🙂

Commenter / Voir les commentaires

...

[EL] 30 Citations de motivations : réussissez vos études et vos projets

Bienvenue sur ELIXIR Learning et sur le premier article du blog ! Je me suis dit que j’allais le faire simple mais efficace : vous proposer 30 citations de motivation pour vous étudiant, pour mieux réussir dans vos études ou dans tout autres projets. Elles reflètent particulièrement bien ma façon de penser. 

N’hésitez pas à partager ces pensées positives ! Tout le monde en a besoin !

Enjoy ! :)​

“Si vous êtes déterminé à devenir avocat, vous avez fait plus de la moitié du chemin … Sachez que votre volonté de réussir est plus importante que tout. ”

Abraham Lincoln

“Les seules limites que connaît la réalisation de l’avenir, ce sont nos doutes d’aujourd’hui.”

Franklin Roosevelt

“Les conditions essentielles pour réussir sont la patience et la certitude du succès.”

Dale Carnegie

“Une grande part de mon succès est attribuable à ma capacité de me convaincre que je peux réussir quelque chose, même si je n’y connais rien.”

Anthony Robbins

“La vie m’a enseigné au moins une chose : si quelqu’un avance avec confiance en direction de ses rêves et qu’il s’efforce de mener l’existence qu’il a imaginée, il jouira d’une réussite hors du commun.”

Henry David Thoreau

“Celui qui réussit se concentre sur ce qu’il attend de la vie, et non sur ce qu’il ne veux pas.”

Napoleon Hill

“Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va.”

Sénèque

“Il n’y a personne qui ne soit né sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel.”

Le Dalaï Lama

“La chance est un autre mot pour dire : ténacité.”

Ralph Waldo Emerson

“La détermination est le facteur le plus important de la réussite.”

Lord Chesterfield

“Ce ne sont pas les circonstances qui façonnent un homme. C’est l’homme qui fait les circonstances.”

Benjamin Disraeli

“Il n’y a pas de réussite facile ni d’échecs définitifs.”

Marcel Proust

“Ce qui est fait n’est plus à faire.”

Proverbe français

“Le secret de la réussite est d’apprendre à se servir de la douleur et du plaisir, au lieu de laisser la douleur et le plaisir se servir de vous. En agissant ainsi, vous contrôlez votre vie. Sinon c’est votre vie qui vous contrôle.”

Anthony Robbins

“Les conditions essentielles pour réussir sont la patience et la certitude du succès.”

John D.Rockefeller

“Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites vous réussirez.”

Albert Schweitzer

“Le succès est la somme de petits efforts, répétés jour après jour.”

Leo Robert Collier

“Si vous mettez votre coeur dans la réalisation de vos projets, si la passion vous dévore et que rien ne vous arrête, succès il y aura.”

Mathieu Thomas

“Une période d’échec est un moment rêvé pour semer les graines du succès.”

Paramahansa Yogananda

“La première règle de la réussite, ne jamais remettre au lendemain l’exécution d’un travail.”

Emmeline Raymond

“Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme.”

Winston Churchill

“Il n’ y a qu’une seule réussite : arriver à vivre sa vie comme on l’entend.”

Christopher Morley

Voilà qui devrait vous aider à aller de l’avant, ou simplement vous conforter dans vos actions et vos idées sur la réussite et le succès. 

​Une dernière petite sélection plus axée sur l’éducation : 

“L’éducation est un progrès social… L’éducation est non pas une préparation à la vie, l’éducation est la vie même.”

John Dewey

“L’éducation ne se borne pas à l’enfance et à l’adolescence. L’enseignement ne se limite pas à l’école. Toute la vie, notre milieu est notre éducation, et un éducateur à la fois sévère et dangereux.”

Paul Valéry

“Celui qui est maître de l’éducation peut changer la face du monde.”

Leibniz

“L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde.”

Nelson Mandela

“Enseigner, c’est apprendre deux fois.”

Joseph Joubert

“L’étonnement nous enseigne.”

Robert Sabatier

“C’est passionnant d’enseigner à quelqu’un qu’on aime, ce qu’on aime.”

Sacha Guitry

J’espère que cette sélection vous a plu, n’hésitez pas à commenter pour en discuter.

Commenter / Voir les commentaires

...